CHAPITRE 1 - L'ANXIÉTÉ DU CHANGEMENT

Article 2
De mère indigne à méchante consultante

Article2-JdB-MC2-min

Nous sommes tous « qui nous sommes » au travail comme nous sommes tous « qui nous sommes » dans le changement. On a beau vouloir lui échapper, notre personnalité nous suit partout !

J’ai réalisé une chose dernièrement sur mon approche d’intervention.
Un peu comme une mère qui veut jeter ses oisillons adultes en dehors de leur nid pour assurer leur évolution, je veux autonomiser mes clients pour qu’ils volent de leurs propres ailes.

Je cherche constamment de nouveaux moyens de donner des contenus de conférences percutantes et des ateliers coaching qui font vraiment évoluer. Avec une super équipe, je bâtis une plateforme pour la livraison d'une trousse à outils de plus en plus performante. Tous ça dans le but d'aider le plus d'entreprise possible à développer à l’interne, les compétences en gestion du changement et en communication afin qu'eux-mêmes puissent d’optimiser leurs interventions en période de transformation.

Ouf, ça ressemble presque à de l’autopromotion de grande rêveuse ça!
Haaa MÉCHANTE CONSULTANTE, lâche le clavier!

Et, parce que personnellement en tant que mère monoparentale, jeter mes propres enfants en dehors du nid n’a pas été une sinécure, j’ai décidé de revoir mon approche (qui était : tout de même basée sur de bonnes intentions, méchante maman !).

J’ose avouer que malgré mon orgueil, cette phase n’a pas été un succès sur tous les points avec mes grands. Leçons apprises?

Disons que ma plus importante constatation est d’avoir manqué d’ingrédients clés dans cette transition… (Je vous évite trop les détails par respect pour mes enfants et pour ce qui me reste de dignité maternelle.) Je crois en toute sincérité avoir eu du courage et fait preuve de pragmatisme, deux belles qualités en gestion du changement, mais, avoir eu un peu plus de bienveillance et d’humour, aurait probablement rendu plus humain ce passage obligé… Pas la mère typique, j’en conviens.

article2-empowerment1-min

Ça fait presque dix ans maintenant que mes valeureux enfants volent de leurs propres ailes et je suis heureuse, aujourd’hui, de vous dire que je suis très fière d’eux, malgré cette difficile transition.

Sortir du mode « automate programmé »

Par ricochet, le départ de mes enfants a eu l’effet de provoquer une profonde remise en question du côté professionnel.

J’ai passé des années en mode panurgisme ou en bon français en
« mode d’automate programmé » dans ma profession de consultante internationale.

Séparée jadis naguère de leur père (jeune mère d'à peine vingt-quatre ans alors), j’avais dû prendre en charge la maisonnée seule, mes enfants n’ayant que deux et trois ans à cette époque. Mon réflexe de survie a été de mettre le focus sur mon développement professionnel pour améliorer notre qualité de vie familiale. Alors, développer mes compétences intellectuelles et très rationnelles furent pour moi mon salut. N’est-ce pas le cas de bien des gens?

Les projets technologiques fusaient de toute part, les opportunités qui en découlaient en ont créées ma volatile et étrange sécurité d’emploi.

Au moment du vide familial causé par le départ de mes grands enfants, je me retrouvais début quarantaine, super consultante rodée comme une machine de guerre à produire des livrables sur des projets technologiques, à concevoir des nouveaux processus et ce, des mois voire des années en avance, Produire et produire encore et imposer le rythme des changements aux employés des grandes entreprises, c'était ma mission.

Jusqu’à ce que (je sais c’est terrible ce que je vais dire), je prenne conscience que ça change vraiment la vie de ces gens…

Le succès de ces projets réglés au quart de tour
dépend d’un facteur extrêmement important ;

THE HUMAN FACTOR ! (Hé oui, le FACTEUR HUMAIN !)
Soupire d’insistance.

Peut-être que pour vous c’est une évidence, mais pour les gens de projets qui ont le nez collé sur la machine, au point d’agir comme une machine eux-mêmes, c’est toute une révélation !

Entrer dans l’authenticité… pivot de la transformation (tout genre)

À l’aube de ma cinquantaine, la machine en moi, qui servait à produire des livrables, à générer de l’argent pour assurer une sécurité financière de sa petite famille, a perdu son sens et son focus exclusif à la productivité de survie :

Tout d’un coup, l’humaine en moi a levé les yeux, a pris contact avec son hypersensibilité et sa créativité depuis toujours refoulées par l’instinct de survie de son cerveau reptilien corporatif.

L’humaine en moi a vu en elle-même et en l’autre, l’humain émotionnel, sensible, et perturbé par l’imposition de pressions indues pour migrer de plus en plus rapidement vers de nouvelles façons de faire.

Enfin, l’humaine en moi a pris conscience qu’il n’y avait pas que le cerveau rationnel dans la vie, mais qu’il fallait une autre façon de faire; plus compréhensive, holistique, complémentaire, pour aider les organisations à évoluer à un rythme plus… humain.

Cette prise de conscience a transformé ma façon d’intervenir

C’est à ce moment que j’ai remis en question mes interventions en consultation. Avec toutes les meilleures intentions du monde, mes récentes révélations personnelles, j'ai fait des liens concrets avec des théories humaines que j’ai eu l’occasion d’apprendre au fil du temps, d’appliquer et de contextualiser. J’ai pris conscience que mon bagage professionnel d'autour de vingt-cinq ans d’interventions en gestion du changement dans les transformations technologiques et organisationnelles devrait être transmis aux gens qui vivent eux-mêmes les changements.

Je me sens de plus en plus attirée vers l’enseignement aux adultes, le mode andragogique qui permet aux gens d'intégrer les apprentissages par l'expérimentation en temps réel.

Que ce soit dans les entreprises, auprès des gouvernements ou écoles de gestion, je crois que viser principalement une clientèle de hauts dirigeants, d’équipes de projet et d’agents de changements permettra cette transition.

Du point de vue de ma propre entreprise, depuis plus de dix ans maintenant, je travaille à mettre au monde un modèle d’affaires innovant pour soutenir et développer les humains plus adéquatement dans les organisations en constante mutation. Ce n’est pas un mince défi et je sens enfin que j'approche du but !

Changements dans la vie personnelle, aussi...

Parce que nous sommes des humains complets et que, probablement comme la vôtre, ma vie personnelle elle-même est une métaphore aux transformations d’entreprise. Alors, je choisie de vous ouvrir une petite tranche de celle-ci.

Mon conjoint (que j'appellerai Merveille dans ce récit) est une machine de performance avec une carrière impressionnante. Comme si l'univers conspirait avec mes grandes transformations, il est arrivé dans ma vie il y a dix ans ans, un mois après le départ de mes grands poussins…

Je venais de passer volontairement les dix-sept dernières années dans le célibat, la monoparentalité et l’hyper-performance. Disons que la vieille fille hyperactive et indépendante a vécu toute une transition là aussi. Pas si mauvais caractère finalement ! Enfin, c’est débattable.

Depuis, nous partageons bien des passions ensemble tel que la gastronomie, le caravaning et les rénovations. Des passions qui peuvent très bien illustrer le changement (suivre une recette ou en changer quelques ingrédients, voir de nouveaux horizons, améliorer une maison… Vous pouvez imaginer.)

Notre vie idyllique tourne autour de bonnes bouffes, de discussions d’affaires, de projets de voyage autour du monde, tout ça entre la poussière de plâtre et de brins de scie en suspension autour de nous pendant les travaux d’amélioration de notre petit château urbain.

Je vous le mentionne parce qu’au début de l’écriture de ce journal, je débute non seulement un nouveau mandat et un nouveau récit mais aussi, une autre séquence de travaux de rénovations est mise en route. Haaa transformation majeure, quand tu nous prends !

La « méchante consultante » a besoin de s’exprimer !

Parce que le changement est inconfortable et de plus en plus incontournable,
j’aimerais que l’on réfléchisse et se remettre en question ensemble.

Oui, oui ! pas juste moi !

Enfin, je vous invite à partager l’intimité de mon Journal de bord de « méchante consultante ». Il vous révélera les petites horreurs et les secrets de la mise en place des fondations humaines pour démarrer un projet technologique, en l’occurrence ici l'implantation d'un progiciel ERP[1]. Vous savez ? Cet espèce de gros système informatique de gestion d’entreprise qui change une organisation de fond en comble !

Comme un grand chantier de rénovation dans une maison où on habite au quotidien. J’espère vous livrer un journal bien coloré d’anecdotes réalistes (parfois surréalistes mais je vous jure qu'elles sont vraies), de théories humaines appliquées avec les meilleures intentions du monde, mais aussi teinté de grandes émotions adverses. Je suis certainement la seule à être émotive ! Sourire en coin

noun_Quote_453954

Bienvenue dans le monde de la « MÉCHANTE CONSULTANTE » !

[1] ERP Entreprise Resource Planning Système de planification des ressources

Je sollicite votre aide pour trouver des réponses !

  • Combien de gens autour de vous sont rodés comme des machines, des automates programmés au quart de tour et n’en sont même pas conscients ?
  • Combien de ces gens autour de vous sont saturés et tombent en maladie ou quittent l’organisation parce qu’ils n’en peuvent plus de la pression (ou de la non considération) ?
  • Combien d’entreprises ne réalisent pas la perte immense de productivité provoquée par le manque de recul et l’accumulation des facteurs de stress chez leurs collaborateurs ?
  • Ça vous est arrivé à vous ? À des collègues ? À un de vos proches ?

2 commentaires

  1. Rachelle Caron le 15 mars 2019 à 23 h 08 min

    Intéressant à lire quand on a fait partie du travail de cette consultante..très sympathique.(pas mechante) . Ce fut un plaisir de faire évoluer l entrepŕise et de mobiliser l’équipe. Une expérience et un grand succès . Il faut oser sortir des zones de confort. Les bénéfices retirés sont souvent plus grands qu’ anticipés. Toute bonne chose a une suite!

    • Stephanie le 18 mars 2019 à 11 h 04 min

      Merci Rachelle! Tu as été visionnaire et un puissant catalyseur en tant que leader d’entreprise. Oser sortir de la zone de confort est en effet une clé importante et tu l’as fait avec brio! ;o))) (Difficile de faire la méchante avec une client volontaire comme toi!)

Vos réflexions sont les bienvenues !